Siège 130

PAULOUS

Présentation de l'artiste

Paulous - Le photographe.

J’ai appris à faire de la photo et du vélo quasi simultanément. J’en ai conservé une passion pour la photo, et une détestation absolue pour le vélo. Aucun lien entre ce rejet du vélo, et cette passion pour la photo, mais c’est tout de même une histoire de plus de soixante ans. Il est rare qu’une histoire d’amour dure aussi longtemps.

La vie professionnelle m’a donné l’immense joie de pouvoir approfondir cette passion en me faisant découvrir la photo industrielle, le développement, les agrandissements et les tirages de qualité rigoureuse. Le noir et blanc était à ce moment-là la base indispensable, incontournable avant de devenir parfois au fil des modes, une expression un peu snob. La photo couleur, en s’ouvrant au grand public, n’en est pourtant pas devenue un refuge dans la facilité, bien au contraire.

Comme pour beaucoup, il m’a fallu abandonner l’argentique pour passer au numérique, non sans une certaine nostalgie. Mais si je regarde en arrière, je constate que oui, le numérique est aussi une source magnifique de progrès, de vrai progression dans la qualité du travail.

Je travaille beaucoup sur des thèmes. Ceci implique de se concentrer, de réfléchir, de faire des essais, de les refuser et de les recommencer, mais en contrepartie amène une forte rigueur. Un peu étrangement, beaucoup de mes photos, même lorsque je travaille sur un tout autre thème que celui-là, contiennent un plan ‘eau’…

L'eau, cet élément qui nous trouble.

Je n'aime pas trop l'eau autrement que bien chaude sous ma douche, ou bien fraiche en plein été après une bonne marche.

Je n'aime pas l'eau, mais elle me trouble et me fascine. Tout d’abord, soleil est du masculin, nuage du masculin aussi, eau est du féminin… Et puis l’eau peut tout envahir, tout détruire, mais aussi rendre superbe un champ de Picardie en hiver qui ne serait même pas banal si elle n'avait pas tout envahi justement. Le soleil vient y faire des grimaces et jeter des centaines de petites étoiles.

Pour moi, ce qui m'importe, c'est tout ce qu'elle dégage, sa façon à elle de modifier totalement un espace, le faire passer à quelques jours d'intervalle, de la sérénité au tragique… capter l’écume, la fureur, la douceur, on pourrait presque écrire, la perversité.

L'eau est un sujet inépuisable pour le peintre, tout autant pour le photographe, et bien plus encore pour moi.

Coordonnées de l'artiste

- Site Web : www.paul-artiste-photographe.fr

- Email : paulous@orange.fr

Institut Europeen des Arts Contemporains

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player